caen renait de ses cendres anneés70…et pourquoi la normandie…L’U-I-A

 
 
 
soixante-treize jours de bombardements ont suffi a detruire l’oeuvre de plusieurs siecles.au sortir de la guerre,caen c’est une ville martyre,assommée par plus de 12.000tonnes de bombesalliées,demolie a plus de 75%.le champ des ruines s’etend sur une bande de 2 km de long et 600metres de large,englobantnotamment l’ensemble du vieus quartier st jean et les alentours du chateau.frappée dans ses murs,caen l’est aussi dans sa chair.entre 1936 et 1946,la cité normande a perdu plus de 10.000 habitants.la situation est elle que certains l’envisage de la reconstruire… ailleurs
 
l’avenue de 6 juin
 
 
 
peu a peu,pourtant la ville se reléve.en deux temps jusqu’aux années 60,elle s’attache a renaitre de ses cendres.des gravats sort un nouveau theatre ,une université moderneet srtout un quartier st jean aux rues plus larges,aux immeubles plus hauts.mais caen n’est pas le havre.ici donc pas de radicalisme architectural.s’articulant désormais autour de l’avenue du 6 juin,la cté renait.
 
 
 
moderne sans etre moderniste…
 
 
 
caen…n’est pas cannes…
 
 
 
monsieur les essuie glaces…
 
 
 
celui qui chante …
 
 
 
et …qui…fait pleurer les femmes…
 
 
 
 
 
ici les normandes ne pleurent pas…
 
 
 
l’université…et pourquoi …l’uia
 
 
 
ou mettez vous votre culture…
 
 
 
il n’a pas qu’eternet…et sa grappe tentacuaire des réseaux
 
 
 
il faut se nourrir autrement…
 
 
que de pixels …televisuels…
 
 
 
vient ensuitele temps de l’expansion.avec un siecle de retard,caen accomplit sa révolution industrielle;a cote de la SMN reconstruite s’installent de nouvelles usines:moulinex,citroén,jaeger,ect…un boulversement economique et démographique:entre 1946et 1968,la ville passe de 50.000 à110.000 habitants.pour les loger,on annexe en 1952 venoix et une partie de cormelles -le-royal;sur les terrains ainsi gagnés surgissent bientot les quartiers modernes:guérinière,grace de dieu et venoix.
 
 
 
la ville se tourne vers le sud…
venant de nancy ayant travaillé plus de six ans dans le batiment,je changeais de métier pour rentrer dans un grand groupe,pour moi une nouvelle vie commençais et j’avais tout a reapprendre dans un metier ou je ne connaissais rien.ça a été tres dure de quitter ma lorraine natale.j’avais un besoin enorme de connaitre autre chose et je me sentais capable d’entreprendre une nouvelle démarche professionnelle ,avec ce que j’avais appris précedemment cela me donnait suffisament confiance a moi meme ,meme si cela a éte une démarche tres personnelle et ne le regrette surtout pas.j’avais passé plus de cinq ans dans un foyer de jeunes travailleurs,j’avais soif d’autre chose et d’ouverture.je me sentais capable et volontaire pour une nouvelle démarche.j’étais a nouveau livré a moi-meme ;il n’etait pas question de revenir en arriere,car j’avais tout bazardé,mai 1968 n’était pas loin non plus,je multipliait mon salaire par deux ,sans compter les frais de déplacements,pour moi c’etait le pactol.c’est vers les années 70 que je pris connaissance de la ville de caen de par ma profession itinérante a ce moment là,travaillant dans les telecommunications privés c’est a dire le groupe alcatel (CIT a l’origine) venant de rennes villejean-malifeu mon tout premier chantier.auparavant je venais de me faire embaucher pas loin du quai de javel a paris ou résidait le siége du groupe CIT,et j’avais pour tout une boite en carton avec mon outillage,ce n’etait pas encore la culture des valises delsey que nous avions eu apres et que j’ai gardé en souvenir;une nouvelle vie commençait pour moi
c’est d’abord deauville ou a eu lieu la premiere installation d’un central automatique(la vie etait chére déjà a ce moment là).sur caen la rue des fréres boutrois un autre central,a cette epoque nous amenions la caravane car il etait impossible de nous loger momentanemant,rue de l’académie ou nous installions un centre de transit,ce qui correspond a une autoroute des telecoms a cette epoque,il y avait un service que l’on appelait les LGD.il y a eu des interventions sur caen-gambetta des extensions des fameux CP400 du systéme GROSSBARR pour les connaisseurs du type ERICSON ou angouleme suivant les modeles en evolution c’etait un travail fastidieux et tres technique a cette epoque
nous faisions dans le traditionnel surtout dans les raccardements et cablages dans des armoires de plus de 3metres,nous utilisions des echelles en bois et une baladeuse pour nous eclairer et lire le plan de cablage.chemin faisant je continuai mon bonhomme de chemin,pour y revenir occasionnellement;surtout pour la periode tout electronique qui devait se terminer pour 90.ou j’ai rayonne egalement sur la basse normandie et voir plus loin ,egalement sur le plan nationnal,une dizaie d"nnée sur paris en maintenance, le nord ,le sud ,l’est et louest de da la france avec une nouvelle generation electronique du type E10 ,l’un des produits les plus performants de l’epoque,installation de commutateurs du type temporel tres prisé sur le plan mondial .qui avait été mis en plate forme avec le CNET et les differents operateurs de l’epoque a LANNION.c’est a VIRE que j’ai passé une bonne partie de mon temps ,cherbourg-octeville,alençon,flers,le teilleul,st pois ,mortain,avranches,granville,pontorson voici dans le desordre les villes citées de mes lieux d’activités;j’ai ainsi pu lier l’utile et l’agreable tout en faisant cionnaissance de ses beaux paysages.entre temps je quittais le secteur pour ne revenir qu’en 1999 et ceci pour ne plus repartir jusqu’a maintenant.connaissant bien cette région,alors j’ai decide aussitot ma retraite m’inscrire a l’uia c’est a dire l’université-inter age et je ne le regrette pas…car j’avais un besoin énorme de combler cette lacune des connaissances de par mon activité professionnelle et votre vie de famille qui ne vous laisse pas le temps…
je reviendrai sur certains aspects de ma vie professionnelle et de ma culture en entreprise,que se soit sur un aspect economique,technique,syndicale.ce que je peux dire maintenant,c’est dommage que CIT,alcatel,CIT-alcatel…dommage que se soit devenu…CIT-lucent et que son siége risque de quitter la france…et que son PDG,  une femme américaine ne parle pas notre langue…petit a petit le grignotage d’une entreprise aidé de ses valets-ingenieurs de l’époque l’y ont aidé lpour ceux qui voulaient monter leur entreprise il etait de bonne formule de repondre a ce devidoir avec un bon pactol ,on peut tout faire,jusqu’a renier son pays pour ce choix economique. narurel du groupe voulez vous quelques noms…?
combien d’entreprises en france ,ce que la média-télé nous annonce tous les jours sur le poste
brel ,l’embléme d’une culture baladeuse
ici et maintenant
l’avenir n’est pas prometteuse en ce qui concerne la mobilité
notre géneration soit disant mobile »voir portable)promet qu’ils seront de moins en mois mobile,c’est adire sans expérience de l’autre,cet altruisme geographique,culurelle et professionnelle.
l’orbite familiale l’y contribue de par sa prolongation,cette solution de facilité.on peu  peut étre s’en féliciter.on peut regarder aussi un certain retatardement dans les faits.voir loin,l’accés a l’autonomie,préferions nous des faux semblants d’un accés a l’indépendance, du style de vie qui fausse toutes ces données..celui de voyager lui m"eme modifié.voyons nous pendant l"été des sacs a dos pour prendre la route et faire du stop ,cela se fait de plus en plus rare,c’est a dire plus du tout,l’autre jour je voyais un jeune faire son sport favori sur sa game- boy maintenant tout est faussé ,il y a un manque de volontarisme,récemment un jeune anglais de 14 ans a pris un voilier,voilà une image positive…l’inverse de la prison.il faut savoir prendre des risques qui ne nuisent pas a la société,ce n’est pas la culture de cette nouvelle génération,celui du risque et de l’inconfort;
au niveau professionnel la résistance a la mobilé s’affirme et pourtant cette necessité se fait sentir de plus en plus;combien de jeunesy renoncent sous pretexte divers (groupe de copains)petis a tetits;aisi temoignant d’une frilosité face a l’inconnu.pourtant est stimulant…
il y a aussi ceux qui accedent precocement a la proprieté est assez revelateur d’un besoin de protection,cette periode de jeunesse ou itout est possible.surtout au moment ou l’on se prononce citoyen du monde sous l’egide d’eramus.on peut se poser la question du "mobile" dans nos sociétes ne masque pas une forme d’engourdissement voir une certaiene immobilité.
 
ne serait elle pas un trompe l’oeil…
 
 
 
quand je vous le disais…
 
 
 
"gardez les yeux ouverts…" 
  …
 
 
a bientot…
 
 
 
philippe…
 
 
ps:la semaine prochaine reprise des cours I_U_A…bon courage et bon week-end
 
 
 
 
Publicités
Cet article a été publié dans patrimoine renove du 21 ieme siecle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s