t’as le bonjour de ségolène…ceci …n’est pas un …K…ouac…qoique…

il y a longtemps …
 
 
 
que je ne vous avais…
 
 
 
pas donné des nouvelles de ségolène…
 
 
 
j’ai envie de dire
 
 
 
 
 
ségo…lorraine
 
 
 
dont j’en suis…
 
 
 
une derniére lettre…avant l’heure…
 
 
 
  
 
l’important…ce n’est pas la rose…ni la chose…politique…ni le mensonge…mais bien idée de gauche…
qu’il s’agit…notre désir d’avenir…pour nous citoyens de tous bords…sans déscrémination
 
 
 
Étant l’un des fondateurs de Mediapart, qu’il me soit permis de réagir… Pour ne pas verser dans des polémiques inutiles, raisonnons calmement. Est-il exact que le pluralisme de la presse quotidienne et son indépendance sont mis à mal ? Je pense honnêtement qu’il est difficile de soutenir le contraire. Du Monde jusqu’à Libération, en passant Le Figaro ou Les Echos, toute l’actualité récente de la presse souligne cette évidence : une inquiétante proximité entre les actionnaires des grands quotidiens et Nicolas Sarkozy. Ou si vous préférez, une montée en puissance d’un inquiétant capitalisme de connivence, au détriment de la presse indépendante. C’est donc à cela que veut répondre le projet Mediapart. Essayer d’inverser le courant : œuvrer à la refondation d’une presse indépendante, d’un journalisme d’investigation…
Et Ségolène Royal applaudit ? Sincèrement, elle a du mérite. Car si vous voulez bien prendre quelques instants pour vérifier ce que j’ai écrit sur la gauche depuis deux décennies – dans mes articles à Libération ou au Monde, comme dans mes livres écrits avec Gérard Desportes (« La gauche imaginaire », « L’adieu au socialisme »…) – vous me concéderez que j’ai conduit des investigations qui ont souvent été dérangeantes, ou des analyses souvent critiques. Lisez aussi ce que Edwy Plenel a pu écrire sur la gauche et en particulier sur son naufrage éthique, notamment à la fin du second septennat de François Mitterrand, vous nous accorderez que nous avons souvent eu la plume acerbe.

 

     

douce nuit…stille nacht…silent night…pour une douce …france…joyeuses fétes… 2007_2008…rodinscot

Il faut donc dire les choses telles qu’elle sont : Ségolène Royal a du mérite de faire ce geste. Et puisqu’il en va du pluralisme et de l’indépendance, nous souhaitons vivement qu’elle fasse école. Que François Bayrou suive son exemple, lui qui, pendant la campagne présidentielle a aussi dénoncé cette consanguinité entre le pouvoir de l’argent et Nicolas Sarkozy. Et après lui, les communistes, les Verts, la LCR, et même des dirigeants de l’UMP, s’il y en a de courageux, qui osent admettre cette simple vérité : l’indépendance de la presse et le pluralisme méritent de dépasser des querelles de chapelle.



Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s