les municipales 2008…avant l’heure…la citoyenneté d’abord

SSL23744SSL23754SSL23758SSL23721

Ségolène Royal s’est posée samedi en chef de campagne de la gauche aux élections municipales, relevant le défi de la politisation du scrutin lancé par Nicolas Sarkozy pour appeler les électeurs à le sanctionner en votant "massivement" à gauche en mars prochain.

Le jour même où l’UMP lançait sa campagne lors d’un Conseil national en présence des deux têtes de l’exécutif qui avaient reçu le renfort du travailliste Tony Blair, la rivale malheureuse de M. Sarkozy à l’élection présidentielle avait choisi de faire son premier déplacement de campagne à Saint-Brieuc.

Ce déplacement survenait une dizaine de jours après qu’elle eut fait part de son ambition de prendre la tête du PS, si elle parvient à "rassembler les socialistes".
Le choix du chef-lieu des Côtes d’Armor n’avait rien du hasard: la gauche y nourrit de grands espoirs aux municipales (le score de Mme Royal a dépassé 58% le 6 mai), sous l’impulsion d’une femme députée proche d’elle, Danielle Bousquet, qui veut être "l’exemple d’une gauche complètement en phase avec son temps".
Entre un passage au marché, à l’affluence clairsemée à une heure matinale, et des séances de décicace de son livre "Ma plus belle histoire, c’est vous", Ségolène Royal s’est faite l’avocate d’une opposition rude et sans concession.
Pour ne "pas l’alimenter", elle a délibérément laissé de côté la controverse interne au PS sur le traité européen de Lisbonne, se dérobant aux questions des journalistes et se bornant à rappeler devant une délégation de contestataires que si elle avait gagné le 6 mai, elle aurait "organisé un référendum" sur ce sujet.

Dans une salle où s’étaient massés quatre à cinq cents personnes, elle a fustigé un président "désinvolte", "exhibitionniste" et "qui vit comme un milliardaire", lui opposant "la France authentique" où domine "une forme de pudeur".
A la désinvolture, elle a opposé "la république du respect"; à "l’improvisation permanente, une république cohérente et sérieuse"; à "la fébrilité, la république de la sérénité", à "l’exhibitionnisme et la provocation, une république simple et des comportements pudiques".
Aux "annonces perpétuelles et désordonnées", elle préfère "des réformes vraies, justes, stables et durables".

Mme Royal a présenté son "engagement" dans la bataille municipale comme "une forme de défense d’une politique morale". Et c’est dans la discrétion qu’elle est allée se recueillir devant les dépouilles de deux marins morts dans le naufrage de "La p’tite Julie" au début de la semaine.

La présidente du Poitou-Charentes a pris au mot Nicolas Sarkozy pour qui les municipales sont un test national, en demandant aux électeurs de "lui répondre dans les urnes en votant massivement pour les candidats socialistes et de gauche".
Prenant l’exemple des OGM, que plusieurs régions comme la sienne ont décrété depuis plusieurs années interdits sur leur territoire, Ségolène Royal a assuré que "c’est dans les villes gérées par la gauche que la réforme est à l’oeuvre".
Sur le fond, elle a jugé que "Nicolas Sarkozy a fait un bilan assez féroce de lui-même" lors de ses voeux à la presse mardi, puisqu’il a dit que les caisses étaient "vides". "Mais qui a vidé les caisses, si ce n’est lui et la droite ?", a-t-elle lancé.

Cultivant moins qu’à l’habitude sa différence, la responsable PS en a appelé à "une gauche d’avenir, une gauche bâtisseuse, une gauche généreuse", mais aussi à "une gauche qui reste debout, qui ait du courage, et soit au combat".

© 2007 AFP.

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s