un réalisme bien ancré ou la peinture est reine…oscillant entre sensualité et révolte

" on  peint haut et fort ,on macule,on tache.
 
Photo sans titre
 
 
 
la matiére est épaisse…
 
 
Photo sans titrePhoto sans titre
 
 
reprise jusqu’à ce que la texture enrichisse …
 
Photo sans titrePhoto sans titrePhoto sans titre 
 
le propos:
 
le réel est bien là dans ce corps à corps …
 
Photo sans titrePhoto sans titrePhoto sans titre
 
du sujet avec la peinture"
 
 
 
 
 
véhicule de cette traduction personnelle  caractéristique de ces années figuratives  le dessin établit  une structure  forte situant les éléments ,les orchestrant  dans un réseau de lignes qu’on choisit expressives.la couleur se veut pure ,parfois détachée  entiéremeznt du ton local :les jeunes peintres ne sont pas ,quoiqu’en disent leurs détracteurs ,des pompiers .on imite pas le réel ,cela ne présente  pas d’intéret .on peint  haut et fort ,on brosse ,on macule ,on tache.la matiére est épaisse ,appliquée vigoureusement  au couteau ,griffée par le pinceau ,reprise jusqu’a les effets  de texture enrichissent le propos :le réel est là et bien là dans ²ce²corps à coreps  du sujet avec la peinture .le tableau prend une présence charnelle ,massive,loin du léché accompli des amateurs ,loin du pointillisme en vogue alorsq.
les figuratifs n’ont pas envie de peinture héroique ni d’enjolivement .
 
 
Photo sans titrePhoto sans titre
les années  de privation ont dû  laisser leurs marques car un de leur sujet de prédilection est celui de la nature morte aux aliments :verre vide,assiette sur laquelle repose un maigre poisson ,et fruits,légumes ,coq plume à l’étal …la vie de famille met en scéne ,femmes  et enfants ,à la ²cuisine ,au bain ,autant de moments de la vie qui renouvellent ce théme chéri par les impressionnistes et leurs ²suiveurs.seulement ,au lieu de nimber ces scénes ,d’une douce lumiére estivale,les aristes privilegient ,les visions ,surgies a l’état réel ,d’une humanité silencieuse .la paysanne en tablier et la femme à queue de cheval remplaçent d’ailleurs dans ces  toiles les élégantes des années 1930.
 
Photo sans titre
 
 
l’école des maîtres…
 
 
 Image 012
 
 
 
II) l’Entre-deux-guerres : "la terre qui meurt ?"

La guerre a des effets désastreux sur le monde paysan : saignée démographique, usure du capital productif (non renouvelé). Il a d’autres conséquences, comme le rôle grandissant des femmes dans l’exploitation en l’absence du mari, gains réalisés pendant le conflit du fait de la hausse des prix agricoles (rapidement annulés par l’inflation du lendemain de la guerre).

Mais si l’on examine les tendances lourdes du point de vue social, on relève quatre grandes tendances :
– Evolution lente mais décisive de la civilisation matérielle
– Changement dans les composantes de la société rurale
– Mutation décisive de la sociabilité et de la culture dans les campagnes
– Crise dans la représentation du monde agricole.

rodinscot…
 
a bientôt
 
 
 
en travaux…
Publicités
Cet article a été publié dans beaux-arts. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s