ces nantis de la république et de la culture…à fric…ce festival…sans CANNES

Tout a été dit sur Hadopi, alors, ce sera difficile d’être original et d’apporter un point de vue décalé. Une idée quand même, celle d’une association entre des intérêts économiques et une caste de stars et autres vedettes jouant les aristos et réclamant de ce fait l’obéissance de la société face à leurs volontés. Je vais jouer sur un registre qui se réclame de Breton et Nietzsche, sans en endosser le talent. Disons que je vais faire du Naulleau.

Johnny, comme Pagny, Arditi, Cali, Dutronc, Obispo, Cabrel et tant d’autres, toutes options politiques confondues, se croient investis d’une mission culturelle universelle ou à défaut, d’une aura émotionnelle jaugée dans le miroir narcissique comme un incroyable et irrésistible talent pour donner du bonheur et du plaisir aux gens. Ils se sentent comme une élite humaine, comme des surhommes doués d’une valeurs qu’ils ont travaillés, et du reste, il ne pensent plus qu’à leurs répétitions, leurs enregistrement, leurs concerts, avec des fans galvanisés leur renvoyant l’image de grands gourous de la culture et du plaisir musical ou théâtral ou cinématographique. Ils ont bossé, ils ont un cœur en or, tout leur est dû, tapis rouge pour ces artistocrates. Y compris le droit d’être vénale et récompensée comme Romane Cerda. Qui sont ces stars ? Prenez Pierre Perret, pourtant défendu ici sur la Vox, un chansonnier banal, capricieux, qui se prend pour le nombril de la culture française, une bouse de vache, un sac de merde pour parler comme Eric Cantona évoquant naguère son entraîneur national Henry Michel. Arditi, vieux bourge donneur de leçon, pourfendeur des socialos anti-hadopi, amateur, comme Djack, de champagne, de caviar, ami de la haute société qui se réunit chez Cartier mais face au caméra, la vermine Arditi se fait caméléon et nous la joue de gauche, très social, très peuple. Et Cali, très participatif, plus autiste qu’artiste, aux côtés d’une autre autiste, la Ségolène. Cabrel, sous un air débonnaire, un caractériel de première. Dieu merci, il fut chanteur. J’aurais brûlé un cierge pour le salut de ses ouvriers s’il avait été chef d’entreprise. Un tyran qui se la joue écolo tel un produit du terroir. Que penser de tous ces anciens, de Dave à Juvet, commensaux venus bouffer aux râteliers de la télé pour se faire un peu de thune. Pagny, n’en parlons pas, irrécupérable. Pire que Delon. Et les BB brunes, rockeux en couche culotte, petits merdeux à la mentalité de vieux friqueux, une honte eu égard aux génies de ce genre qui du temps de Gong, auraient promu le téléchargement contre la tyrannie des profiteurs du disque. Mais il est vrai que tous ces artistes médiocres, de BB brunes à Maé, ne seraient rien sans cette machinerie industrielle qui a ses entrées dans la machinerie médiatique et savent promotionner cette sous culture pour masses et porcs. Il est normal que tout ce petit monde qui empoche tant de fric défende leurs pourvoyeurs de thune. Même Lavilliers s’est fourvoyé. Quelle honte !

Et si on demandait, en poussant la logique commerciale au bout, que ces vedettes si éprises de leur fric, de payer leur participation dans les émissions de télé au tarif de la minute publicitaire ? A ce compte, nos vedettes qui se la jouent et pavanent à Cannes seraient débitrices de quelques énormes sommes.

20 09
envoyé par Mediapart. – L’info video en direct.

et la

Tout ce beau monde se croit au-dessus du lot, comme du reste les élites politiques et économiques et comme dans une secte, les fanatiques leur rendent la monnaie de la pièce, doux euphémisme puisque les fanatiques sont prêts à claquer leur argent pour quelques instants de connivence dans un stade avec leur idole, des fans qui n’ont rien à envier à leurs congénères adeptes de sectes passant à la caisse, chez Raël, à la scientologie ou chez les évangélistes qui font de la télé, comme du reste les vedettes qui passent à la télé. En fin de compte, les artistocrates sont issus du croisement enbourgeoisie économique. Ce ne sont que des bâtards surdoués pour faire de la thune en se produisant dans des spectacles de divertissement, en interprétant de la daube culturelle qui plaît aux âmes sentimentales, autre la prêtrise

 
Rejet de l’Hadopi à l’Assemblée

et la

Benard Dugué, scientifique, philosophe, écrivain.

n’oubliez pas le salon du livre …a…caen


et le passage du philosophe …au programme

sa philosophie…est un jeu d’enfant
 


Samedi 16 mai 2009 à 18h

accueillie dans l’amphithéâtre de l’IUFM de Caen,

186 rue de la Délivrande, entrée libre, parking assuré


http://snphi.free.fr

Conférence de RAPHAËL ENTHOVEN

QU’EST-CE QU’UNE PHILOSOPHIE TRAGIQUE?

"La philosophie admettra bien volontiers qu’il y a du tragique dans l’existence, dans la littérature et l’art. Mais qu’une philosophie puisse être tragique elle-même, c’est ce qu’elle refusera généralement d’admettre.

Raison avouée : la pensée tragique est incapable de s’ériger en philosophie.

Raison inavouée : une philosophie tragique serait inadmissible parce qu’elle signifierait la négation préalable de toute autre philosophie.

Aussi est-il préférable d’abandonner le tragique à l’art et à la littérature." (Clément Rosset)

a bientôt …rodinscot

Publicités
Cet article a été publié dans Musique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s