un jardin pas comme les autres …celui des asperges…histoire qui nous vient du froid

 
 
ce frisson historique …a méditer
 
 

Un Homme qui s’est battu durement pour son bonheur

Lampertheim est connue pour ses asperges, aujourd’hui un vent froid souffle sur la ville et il pleut pourtant cela laisse Georges Roume complètement indifférent car ce jour-là ce français de 63 ans va faire la connaissance de son oncle. " J’ai toujours espéré et j’étais persuadé de trouver un jour quelqu’un de ma famille" dit Roume avec un léger tremblement dans la voix. Le bouillonnement intérieur de ce français qui parle très bien l’allemand est saisissant et on peut dire qu’il profite de sa chance.
Pourtant il a fallu du temps pour en arriver là car ce français n’a pas eu de renseignements sur son père pendant longtemps. Il savait seulement que celui-ci) devait avoir 30 ans quand il était prisonnier de guerre et devait s’appeler "Kurt Meine". Bien trop peu d’informations pour le service de recherches qui ne pouvait pas trouver cet homme parmi les millions de soldats de la Wehrmacht morts ou disparus.

Meine devient "Meinhold"
C’est seulement au moment de sa retraite en 2008 que cet homme de 63 ans a pu intensifier ses recherches. Il a contacté une association pour avoir des renseignements sur le sort des soldats disparus "la VKSVG "et engage lui-même d’autres recherches. "Je voulais absolument savoir s’il était possible de trouver quelqu’un" dit Roume rétrospectivement. Grâce à un travail acharné, il est tombé sur une liste d’anciens prisonniers de guerre mentionnant le nom d’un certain "Kurt Meinhold". Ceci était pour lui une première trace.
Maintenant il sait qu’en 1945 son père était prisonnier de guerre et a été transféré de Trondheim vers le campement français de "La Tremouille" près de Tulle. On l’a envoyé dans une ferme proche du campement (Bugeat) pour des " travaux obligatoires" et il est tombé amoureux de la domestique Marie Antoinette Magimel. Meinhold n’a jamais dû savoir que de cet amour est né un enfant car le propriétaire de la ferme l’a renvoyé au campement dès que leur relation amoureuse a été mise à jour. Horst Meinhold raconte que cela n’est pas surprenant car, à l’époque, il était impensable pour une française d’avoir des rapports avec un allemand. Et il continue en ajoutant qu’elle aurait eu la tête rasée pour avoir eu cette relation honteuse.
Quand Georges Roume apprend par la VKSVG que son père est décédé en 2001 à Hoyerswerda, il est triste mais pas déprimé. "J’avais le pressentiment qu’il n’était plus en vie, mais de le savoir mort m’a fait mal. Ce que j’ai appris de mon père m’a pourtant aidé à rechercher le reste de ma famille". Et Roume a réussi. Quand son père a été obligé de quitter la France en 1949, il s’est marié deux fois et vivait en Saxe. La VKSVG a contacté sa veuve dans sa maison de retraite à Hoyerswerda et lui apprend que le frère de son défunt père habite à Lampertheim.

La vie s’est arrêtée un court instant quand l’oncle et le neveu se sont vus pour la première fois. Pas de larmes, mais des sentiments forts "Je ressens des choses au plus profond de moi" dit Georges Roume en tremblant. L’Oncle Horst Meinhold a, lui aussi, du mal à réaliser l’arrivée de ce neveu dans la famille. Cet homme de 73 ans se retrouve depuis peu avec ce neveu dont il ne savait rien. Cependant il est très bien placé pour comprendre et accepter. En effet, il a appris il y a dix ans qu’il avait une fille Celline M. (la rédaction a changé le nom) âgée de 40 ans, enfant née de ses relations avec son amour de jeunesse. A l’époque les parents de cette jeune fille auraient fait croire que l’enfant était mort-né car ils trouvaient que le père n’était pas "assez bien" pour la famille. L’enfant était bien vivant et a été placé en vue d’une adoption.
Après de longues recherches, l’oncle, la fille et le neveu peuvent enfin savourer ensemble un délicieux café accompagné de gâteaux. Cette année encore, notre français va aller à Hoyerswerda pour rencontrer la deuxième femme de son père. "J’espère connaître un peu mieux mon père en voyant d’autres photos et en entendant cette femme me raconter sa vie".

Mise à jour le Dimanche, 23 Mai 2010 14:32

 

Rodinscot

http://www.poetes.com/baud/index.php

du côté de …BEAUDELAIRE …c’est …ICI 

         

a bientôt …BONNE FIN D’été

 

les polypodes  c’est ICI   

http://www.lespolypodes.com/

…AMI de la nature et du jardin

ces fanas …ces pros du WEB…en toute confiance

 

 

bonne nuit les petits Rodinscot

Les vidéos de rodinscot sur Dailymotion  …BYE …a plus

Publicités
Cet article a été publié dans generation,famille,institutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour un jardin pas comme les autres …celui des asperges…histoire qui nous vient du froid

  1. Harmony dit :

    kikou Philippe,Ravie de ta visite, il y avait longtemps que le "jongleur de mots" n’était pas passé chez moi. Je vais cliquer sur le lien, donc à +Amicalement

  2. Harmony dit :

    kikou Philippe,Ravie de ta visite, il y avait longtemps que le "jongleur de mots" n’était pas passé chez moi. Je vais cliquer sur le lien, donc à +Amicalement

  3. Harmony dit :

    Ce site sur Baudelaire impressionnant, que de travail il a du demandé à son auteur……

  4. philippe dit :

    merci tout plein NIcole ,j’aime aussi baudelaire et aussi montesquieu …ect…a plus phil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s